A propos de l’ethnocentrisme

L’idée la plus partagée dans toutes les cultures du monde consiste à croire sans y penser que son modèle est le meilleur, que les autres devraient nous ressembler, que l’on a la vérité et que les autres devraient la connaître voire l’appliquer. Cette idée est aussi la plus dangereuse ; l’histoire et l’actualité nous proposent une litanie d’exemples édifiants. Le terme technique pour décrire ce mode de pensée est l’ethnocentrisme, formulé pour la première fois par W.G Summer au début du XX siècle.

Comment prévenir l’ethnocentrisme? Dans l’attention permanente que chacun porte dans ses réflexions et ses actions à ces six principes :

  • Reconnaître qu’il existe des vérités. Reconnaître qu’à propos des cultures et des identités, il n’existe pas une vérité mais que chaque culture et chaque identité représentent une forme de vérité. Ceci consiste à considérer la différence comme intéressante et comme objet d’attention plutôt que source de danger.
  • S’inspirer de l’actualité et de l’histoire. L’histoire nous montre que  le temps a toujours raison d’un modèle identitaire ou culturel imposé par la force.
  • Adopter les fondamentaux de l’éthique. Quelque soient les cultures et civilisations, deux principes de « fonctionnement » s’imposent : (1) le principe de l’intérêt personnel éclairé qui consiste à poursuivre ses aspirations d’une manière qui permet aux autres de faire de même et d’une manière qui bénéficie à la collectivité ; (2) la règle d’or qui consiste à ne pas traiter les autres comme on n’aimerait pas être traité soi-même.
  • S’interroger sur son identité. Chercher à comprendre ce qui constitue son identité, sa richesse culturelle et la valoriser, parmi d’autres identités toutes aussi intéressantes. Il n’existe pas, à l’échelle mondiale,  une liste établie et partagée par tous, qui classe les cultures de la meilleure à la moins bonne.
  • Considérer la réciprocité. Reconnaître que les appartenances culturelles amènent des comportements et pratiques particulières dans certaines régions qui peuvent se révéler agressives dans d’autres et qu’il convient de les adapter à des contextes culturels donnés. Faire porter les vêtements des esquimaux aux peuples du Sahara n’a aucun sens.
  • Inventer une relation AVEC. Chercher à concilier plutôt qu’à opposer.

Bon voyage 🙂

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *