Le petit livre de différentes Méthodes « faciles » pour prendre des notes

Introduction

Nous prenons tous des notes, que ce soit sur nos idées personnelles ou professionnelles. Elles nous permettent de nous souvenir de ce que l’on a fait ou ce que l’on a appris, de même qu’elles nous aident à structurer nos pensées.

Il est essentiel d’être efficace dans sa prise de notes, qui doit pouvoir nous parler après coup.

Bien que l’on utilise tous une méthodologie qui nous ressemble, ce petit livret saura vous rappeler quelques bonnes pratiques sur les différentes prises de notes, ainsi que sur les outils de base pour :

  • Dessiner
  • Faire une check list
  • Réaliser une carte mentale
  • Ecrire une histoire
  • Utiliser les pictogrammes
  • Réaliser une facilitation graphique

 

Dessiner

Il est démontré que de bons dessins peuvent être construits sur la base de 5 éléments :

  • Carré
  • Rond
  • Triangle
  • Ligne
  • Point

Commencer par des dessins simples et parlants puis imaginer des associations mots-dessins que vous peaufinerez et utiliserez à chaque fois.

Travailler sur le volume et le relief de ces 5 éléments et les agencer de façon à établir des liens entre chacun d’entre eux.

Penser également à insuffler du mouvement à votre dessin si nécessaire pour lui donner davantage de sens.

 

Faire une check list

La check list vous permet de faire le point sur vos pensées et vos idées et de les résumer grâce à un ou plusieurs mots clés. L’objectif est de retenir l’essentiel tout en étant capable de retranscrire cette pensée ou idée de façon claire et détaillée. C’est un outil simple et efficace pour ne pas oublier certains aspects importants ou composantes d’une idée. Cela vous aidera à structurer votre pensée et à la retranscrire grâce à la facilitation graphique par exemple.

  1. Identifier et noter des mots clés résumant et/ou en lien avec votre idée.
  2. Etre capable de les définir et d’en parler avec précision.
  3. Classer les mots clés par ordre d’importance ou de manière logique.
  4. S’assurer de n’en oublier aucun dans la retranscription de votre idée.
  5. Vérifier que votre check list vous permet d’aborder tous les points essentiels, si ce n’est pas le cas, la compléter avec plus de précision.
  6. Limiter sa check-list 5 à 9 points.

 

Réaliser une carte mentale (Tony Buzan)

Avoir une idée centrale sous forme graphique (dessin, image, texte court) et la poser sur papier.

Etre dans une logique du plus important au moins important, du plus complexe au plus simple.

Associer des thèmes liés à l’idée centrale sous forme de branches dont les textures et formes diffèrent selon l’importance du thème.

Utiliser des couleurs pour accentuer les différences entre les thématiques et leur degré d’importance.

Remplacer des mots par des éléments figuratifs (pictogrammes, dessins, images…).

Créer vos propres codes et votre propre style.

 

Ecrire une histoire

Pour écrire une bonne histoire, il est clé d’utiliser 4 éléments essentiels dans l’ordre suivant :

  • un titre accrocheur
  • une situation bien définie pour capter l’attention du lecteur où le personnage principal est confronté à un problème
  • un enchainement d’actions sensées, en lien avec l’idée principale
  • une chute pour résumer l’idée clé et amener le lecteur à réfléchir à ce propos

Se rappeler qu’une histoire peut être courte et riche de sens.

Parler  à la logique et utiliser un vocabulaire émotionnel

Garder toujours en tête l’idée que vous souhaitez mettre en avant.

Ne pas oublier de créer un lien entre le lecteur et cette idée.


 

Utiliser les pictogrammes

Les pictogrammes sont des éléments figuratifs qui renvoient à une idée ou un mot précis.

  1. Créer son propre vocabulaire visuel et s’y tenir.
  2. Le faire évoluer lorsque de nouvelles idées vous viennent.
  3. Utiliser des signes simples, rigoureux et ludiques.
  4. Personnaliser et affiner ses pictogrammes.
  5. Prendre du plaisir à les travailler.
  6. Ne pas en abuser.

 

Utiliser la facilitation graphique

Il s’agit d’utiliser des visuels pour rendre compte d’une idée, d’un travail de groupe, d’un concept… Pour cela, il faut concilier les pratiques d’organisation des idées, de synthèse et de dessin.

Identifier les thèmes importants et les simplifier à l’aide d’éléments graphiques (formes) et illustratifs (pictogrammes) ou de textes courts. Le thème clé doit être au centre.

Utiliser différentes polices, couleurs, formes et différents types de tracés, pictogrammes et dessins. Il est essentiel de maitriser ce vocabulaire et langage visuels.

Agencer ces éléments et utiliser l’espace pour donner sens et dynamisme à votre composition.

Se rappeler que le visuel est essentiel à la facilitation graphique : cela doit être logique, clair et agréable à regarder.


Nous espérons que ces bonnes pratiques vous seront utiles et agréables!

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *